Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 
Capture
Capture

Suite à la fermeture du serveur privé Nostalrius, les joueurs se mobilisaient en faveur d'une version « Vanilla » de World of Warcraft, mais Blizzard disait se heurter à des difficultés techniques. Pour peut-être réussir à les lever, le développeur recevra les équipes de Nostalrius dans ses locaux californiens.

World of Warcraft

Les administrateurs de Nostalrius (tout comme les équipes de Blizzard) n'imaginaient sans doute pas l'ampleur que prendrait la fermeture du serveur privé de World of Warcraft, mais la saga compte néanmoins un nouveau chapitre et il est sans doute significatif.
Bref rappel des épisodes précédents : on se souvient que début avril, Blizzard faisait donc fermer le serveur Nostalrius reposant sur une version « Vanilla » de World of Warcraft (peu ou prou la version originale du MMORPG, sans ses dernières extensions). Or, le serveur accueillait quelque 150 000 joueurs actifs pour 800 000 inscrits et bon nombre d'entre eux se sont mobilisés pour faire revivre une version « Classic » du MMO de Blizzard (ils étaient 250 000 à s'exprimer par voie de pétition).
Le développeur répondait alors avoir entendu les joueurs mais aussi se heurter à des contraintes techniques l'empêchant de relancer une version « Vanilla » de World of Warcraft. Le studio annonçait néanmoins être en discussion avec les administrateurs du serveur Nostalrius -- puisqu'eux, ont su passer outre ces contraintes techniques pour faire fonctionner leur serveur (illicite).

Ces mêmes administrateurs de Nostalrius (qui se présentent dorénavant comme les « ambassadeurs » de la cause des serveurs « Classics ») indiquent maintenant qu'un rendez-vous avec les équipes du développeur, au sein du campus Blizzard en Californie, est actuellement en cours d'organisation.

« Nous sommes enthousiastes de pouvoir aider Blizzard à mieux comprendre une part de sa communauté réclamant des serveurs « Classic », mais aussi sur bien d'autres sujets, dans l'espoir que peut-être, ils envisageront la possibilité de jouer de façon licite aux précédentes extensions du jeu. »

World of Warcraft

Si l'on note la prudence du propos (l'ouverture d'un serveur Classic officiel est loin d'être confirmée), la perspective du rendez-vous encourage les équipes de Nostalrius à « revoir leur stratégie ». On se souvient qu'initialement, l'exploitant du serveur privé se pliait certes à la demande de fermeture de son serveur mais annonçait aussi son intention d'en distribuer le code source avec sa base de joueurs (permettant ainsi à d'autres de reprendre le flambeau).
Changement de plan en la matière : « pour l'instant », le code source ne sera pas distribué pour ne pas obérer d'éventuelles négociations avec Blizzard (c'est sans doute un moyen de pression efficace contre le studio), d'autant que ce code source s'accompagne de programmes anti-triches jugés très efficaces et qu'ils n'ont pas vocation à être distribués et décortiqués pour permettre aux créateurs de bots de les contourner et que ce même code source n'aurait aucune utilité dès lors que la perspective de l'ouverture d'un serveur « Classic » licite reste de l'ordre du possible.
Si la décision fait râler au sein de la communauté des exploitants de serveurs privés qui espéraient manifestement profiter de la dernière version du serveur privé, les équipes de Nostalrius promettent de nouvelles annonces d'ici « la semaine prochaine ». On prend date.

Par Uther, le 02 mai 2016 à 15:45.
122 commentaires

Au début mois, Blizzard faisait fermer le serveur privé Nostalrius reposant sur la version originale de World of Warcraft. Face à la mobilisation des joueurs, Blizzard s'explique : ouvrir un serveur « Classic » soulève de lourdes contraintes techniques, mais le studio reste à l'écoute des joueurs.

Un guerrier Nain chevauchant son griphon

On l'évoquait au début du mois, le serveur privé Nostalrius fermait définitivement ses portes il y a quelques jours face aux menaces de poursuites de Blizzard. Ce n'est pas la première fois qu'un serveur privé est contraint de cesser ses activités, mais Nostalrius reposait sur une version « Vanilla » de World of Warcraft (reprenant la version originale du MMORPG tel qu'il existait fin 2004 à son lancement ou presque) et était particulièrement populaire auprès des joueurs nostalgiques -- le serveur revendiquait 150 000 joueurs actifs, pour 800 000 inscrits.
L'événement était loin de laisser indifférent et suscite encore de nombreux débats chez les joueurs, au point que certains se mobilisent pour réclamer l'ouverture d'un serveur « Vanilla » officiel -- une proposition soutenue par voie de pétition, déjà signée par plus de 230 000 internautes.

Face à la mobilisation, Blizzard se devait manifestement de réagir et c'est maintenant chose faite sur les forums officiels, où J. Allen Brack (le producteur exécutif de World of Warcraft) expose le point de vue de son groupe.
Si le producteur se dit particulièrement attentif à la mobilisation des joueurs et parfaitement conscient de leurs attentes (l'ouverture de serveurs « Classic » est évoquée chaque année dans le cadre de la BlizzCon), il indique aussi les contraintes inhérentes à l'exploitation de tels serveurs.

(...) Nous examinons les options qui permettraient de proposer des serveurs « Classics » et aucune ne peut être mise en oeuvre sans se heurter à de grandes difficultés. Si nous pouvions appuyer sur un bouton pour relancer un tel serveur, nous le ferions. Il y a néanmoins de vrais défis à intégrer des serveurs Classics, sans même évoquer le fait de devoir exploiter plusieurs versions de WOW en même temps.
Dès lors, que pouvons-nous faire pour restituer la nostalgie du premier lancement de WOW ? Ces dernières années, nous avons envisagé un "royaume parfait" (pristine realm). Peu ou prou, il consisterait à désactiver toute forme d'accélération du leveling, incluant donc les transferts de personnages, les boosts, les bonus d'équipement, ceux liés au programme Recruit-A-Friend, les Token WOW, ou encore l'accès aux zones d'interserveurs ou à la recherche de groupe. Mais nous ne sommes pas convaincus que cette version originale incarne réellement quelque-chose d'attractif pour les joueurs. Nous restons néanmoins ouverts à la discussion. (...)

World of Warcraft

Si le producteur ne détaille pas ici les difficultés techniques auxquelles le studio se heurte, on se souvient des réponses (assez incroyables) du développeur durant une BlizzCon alors que l'équipe de développement était interrogée sur le sujet, expliquant notamment qu'il n'existait plus aujourd'hui de copie du code source original de World of Warcraft, rendant impossible le fait de relancer une version Classic du MMORPG.
Pour autant, si J. Allen Brack indique que la fermeture du serveur Nostalrius était une nécessité notamment pour des raisons juridiques (on le sait, tolérer ce type de serveurs, c'est fragiliser les droits, les marques et propriétés intellectuelles de Blizzard, alors même que le studio dit avoir cherché des solutions légales permettant à la fois de se protéger et d'autoriser ce type de serveurs, mais en vain), le producteur dit aussi être en contact depuis peu avec les administrateurs de Nostalrius. On se souvient que ces derniers proposaient leur aide à Blizzard pour exploiter un serveur Classic de World of Warcraft (similaire à Nostalrius, donc, mais qui serait exploité légalement et sous la houlette de Blizzard). Et J. Allen Brack indique vouloir poursuivre les discussions dans les semaines à venir.
On le comprend, si pour l'instant un serveur « Classic » du MMORPG n'est ni prévu ni manifestement possible (pour des raisons techniques, semble-t-il), le développeur n'exclut apparemment aucune option. Et le soutien technique des exploitants du serveur privé pourrait peut-être être déterminant pour l'ouverture d'un serveur Classic officiel.

Par Uther, le 26 avril 2016 à 15:51.
505 commentaires

On savait que l'extension World of Warcraft Legion serait déployée au cours de l'été. Aujourd'hui, Blizzard précise que les serveurs ouvriront très officiellement le 30 août prochain.

Si l'on savait que Legion, la sixième et prochaine extension de World of Warcraft, serait déployée au cours de l'été, on en ignorait encore la date exacte de lancement. Aujourd'hui, Blizzard précise son planning de sortie : Legion sera officiellement disponible le 30 août prochain -- soit deux mois après la sortie du film Warcraft : le Commencement et tout juste une semaine après la gamescom de Cologne où Blizzard est présent chaque année pour rencontrer les joueurs européens. On ignore néanmoins encore quand les pré-patchs de l'extension seront déployés.

Et comme de coutume, le développeur invite les aficionados du MMO à précommander l'extension pour profiter de quelques bonus, comme notamment la possibilité de débloquer la nouvelle classe jouable, le Chasseur de Démons, avant la sortie de l'extension mais aussi un « boost de niveaux » permettant d'atteindre automatiquement le niveau 100 -- on sait le bonus destiné plus particulièrement aux nombreux joueurs qui profitent des extensions pour (re)venir quelques mois dans le MMO après une période d'absence plus en mois longue et qui pourront donc s'atteler aux 10 niveaux qu'ajoutent Legion aux côtés de leurs (anciens) compagnons d'armes.
Pour mémoire, Legion est commercialisée dans plusieurs éditions : une éditions standard vendue 45€ et une édition Deluxe à 60€ (nécessitant l'une et l'autre de disposer d'une copie de World of Warcraft et de l'extension Warlords of Draenor). Avis aux impatients.

Par Uther, le 18 avril 2016 à 19:35.
60 commentaires

Pour renouveler le système de quêtes de haut niveau de World of Warcraft Legion, Blizzard imagine des « quêtes mondiales », reposant sur des activités diverses et des périodes de réalisation variables pour débloquer de nouvelles récompenses.

Les quêtes journalières sont aujourd'hui devenues incontournables ou presque dans un certain type de MMO, pour encourager (un peu artificiellement) les joueurs à se connecter quotidiennement pour remplir leur mission du jour et recevoir une récompense -- en attendant de réitérer le lendemain. La mécanique est efficace, mais aussi un brin rébarbative (voire éculée) et pour renouveler le genre, Blizzard imagine un système de « World Quests » devant animer le contenu de haut niveau de Legion et qui fait tout juste son entrée dans l'alpha de la prochaine extension de World of Warcraft (il y en a déjà environ 300 prêtes à être testées).
Plus concrètement, ces « quêtes mondiales » apparaitront sur la carte du joueur pour peu qu'on atteigne le niveau 110, un peu partout dans l'univers de jeu, invitant le joueur à pratiquer une multitude d'activités (des quêtes, mais aussi traquer des monstres, affronter des world bosses, explorer des donjons, affronter d'autres joueurs en PvP ou encore pratiquer l'artisanat), sur des périodes de temps variables (certaines missions devront être remplies en quelques jours, d'autres en quelques heures), le tout pour débloquer des récompenses spécifiques.
Le game designer Jeremy "Muffinus" Feasel en détaille le fonctionnement sur les forums officiels.

Les quêtes mondiales (world quests) représentent notre nouvelle approche des quêtes de haut niveau, avec quelques différences majeures par rapport aux quêtes journalières.
D'abord, vous n'avez pas à vous connecter tous les jours pour collecter ces quêtes. Une fois que vous avez débloqué les quêtes mondiales, ouvrez simplement votre carte et observez. Vous verrez diverses choses à faire, avec les loots et la réputation que vous pouvez accumuler pour chaque activité. Vous planifiez votre aventure et vous vous lancez à l'aventure.
Ensuite, les quêtes mondiales reposent sur différents types de gameplay. Les World Quests vous montreront des quêtes, l'apparition d'élites rares, des apparitions rares, des combats de mascottes, du PvP en extérieur, des world bosses, des activités spéciales en donjon, des activités d'artisanat et bien plus. Vous souhaitez savoir ce qu'il y a à faire aujourd'hui en Azeroth ? Dépliez simplement votre carte !
Enfin, et c'est peut-être le plus important, les quêtes mondiales ne sont pas quotidiennes. Nombre de quêtes mondiales ont une durée hebdomadaire, comme les world bosses, alors que d'autres se renouvelleront toutes les trois heures (comme les tours PvP). Notre objectif ici est de faire en sorte que votre carte devienne l'illustration d'un environnement en perpétuelle évolution indiquant les activités disponibles du moment, et indiquant où les événements intéressants peuvent apparaitre régulièrement et non plus uniquement sur une base quotidienne.

Pour encourager les joueurs à prendre part à ces quêtes mondiales, Blizzard y ajoute une surcouche de gameplay : dès lors que quatre quêtes mondiales d'une faction auront été remplies, les joueurs pourront débloquer une quête « d'émissaires » -- les émissaires étant les représentants des grandes factions de Legion.
Ces quêtes d'émissaires devront être remplies dans un délai de trois jours maximum (et le joueur peut en avoir jusqu'à trois en même temps, en en obtenant une chaque jour) pour que l'émissaire révèle « une lucrative cache de loots ». À chacun donc de choisir judicieusement ses quêtes mondiales et activités au regard de la faction de l'émissaire pour espérer obtenir les récompenses qui correspondent à son style de jeu. Selon Jeremy Feasel, les joueurs peuvent espérer recevoir « des jouets, des montures, des mascottes ou encore des pièces d'équipement » même si ces récompenses sont encore en cours de conception (l'idée forte étant de proposer des récompenses évolutives permettant de pérenniser ce mécanisme de quêtes mondiales).
Si ces quêtes mondiales ne modifient pas drastiquement les usages créés par les quêtes journalières (elles visent aussi à encourager des connexions régulières), elles ont sans doute néanmoins le mérite d'inciter à visiter davantage de contrées, voire à (re)découvrir des activités délaissées. À cette heure, quelque 300 de ces quêtes sont disponibles dans l'alpha de Legion en attendant de s'y essayer sur les serveurs live du MMORPG dès l'été prochain.

Par Uther, le 14 avril 2016 à 16:05.
23 commentaires

Blizzard fait fermer le serveur privé Nostalrius, reposant sur une version « Vanilla » de World of Warcraft. On retient surtout de l'affaire que 800 000 joueurs y avaient créé un compte, pour 150 000 joueurs actifs sur cette version originale du MMO.

Blizzard Entertainment

Par définition, les MMORPG ont vocation à évoluer dans le temps, au gré des patchs et mises à jour, au point de changer parfois radicalement après quelques années d'exploitation. On constate néanmoins actuellement un certain engouement des joueurs pour les versions originales de MMO, officiellement relancés tels qu'ils étaient lors de leur sortie commerciale avant de reprendre leur cycle de mises à jour.
À ce jour, Blizzard se montre réfractaire à cette idée de proposer une version « Vanilla » de World of Warcraft (sa version de base telle qu'était le MMO fin 2004) mais certains serveurs privés, exploités de façon illicite et en enfreignant les droits des exploitants légitimes, ne s'en privent pas -- comme le bien nommé serveur Nostalrius qui proposait aux joueurs nostalgiques de retrouver la saveur d'antan de « WOW Vanilla » (en version v1.12, juste avant le lancement de l'extension Burning Crusade).
Le serveur privé annonce néanmoins sa fermeture très prochaine (d'ici au 10 avril), après que Blizzard les a menacé de poursuites et engagé des démarches auprès du groupe OVH, qui héberge les serveurs. C'est ce que l'exploitant explique.

« Hier, nous avons reçu une lettre des avocats américains et français agissant au nom de Blizzard Entertainment, qui se préparent à engager des poursuites contre nous et notre hébergeur, OVH, d'ici moins d'une semaine. Ça signifie de facto la fin de Nostalrius sous sa forme actuelle. (...)
Nostalrius Begins PvP, Nostalrius Begins PvE et Nostalrius TBC et tous les serveurs liés fermeront définitivement à 23h, heure du serveur, le 10 avril 2016, si notre hébergeur maintient les serveurs en ligne jusque-là. (...) Qu'adviendra-t-il à l'avenir ? Pour l'instant, nous n'avons aucun projet futur (...) »

Ce n'est pas la première fois que Blizzard fait fermer l'un de ces serveurs illicites (qui collectent données personnelles et financières des joueurs hors de tout cadre juridique et sans offrir la moindre garantie) et on sait le studio prompt à faire valoir son droit légitime -- et juridiquement, la présente affaire pourrait ne pas en rester là puisque les exploitants du serveur annoncent leur intention d'en distribuer les sources ainsi que la base de joueurs (cryptée) à qui voudra relancer le projet.
Mais dans le cas présent, on retient aussi les chiffres avancés par l'exploitant du serveur dans une lettre ouverte adressée à Mike Morhaime, président de Blizzard (et vantant la dimension communautaire des serveurs privés) : quelque 800 000 joueurs auraient créé un compte sur la plateforme, pour 150 000 joueurs actifs à ce jour. Plus d'un « MMO officiel » s'en contenteraient assurément et les chiffres tendent sans doute à démontrer l'intérêt des joueurs pour une version « Vanilla » de World of Warcraft (quand bien même les mécaniques de jeu originales du MMO peuvent paraitre très archaïques et rébarbatives aujourd'hui). Mais de quoi inspirer Blizzard à l'avenir ?

Par Uther, le 07 avril 2016 à 12:21.
771 commentaires