Etude de la Seconde Guerre

Notre monde commence à peine à se remettre de la plus terrible épreuve qu'il ait connu depuis dix mille ans. D'innombrables textes racontent la chute du Prince Arthas, la destruction de Quel'thalas et l'assaut de la Légion. Mais ce n'était pas la première fois que nous nous battions, non pas pour un territoire, mais contre l'anéantissement. La guerre contre la Horde est présente dans toutes les mémoires, mais à ma connaissance, très peu en avaient repris les étapes et le déroulement dans le détail. Voici, à partir de différentes sources, rapports de bataille des quartiers généraux ayant échappés à la destruction de Lordaeron et recueils d'histoire, complétés par mon propre travail. Il est d'autant plus remarquable de constater que la Horde est maintenant passée du rang de "barbares sanguinaires" à un peuple fier et noble, qui, si j'ose dire, deviendrait un allié de poids.

Voici le conflit où l'Alliance a fait face seule aux serviteurs des démons et sans laquelle les masses démoniaques se seraient abattues sur Azeroth vingt ans plus tôt, avec des résultats plus dévastateurs encore que ceux que nous avons subis il y a quatre ans.

Stratego Telenil, année 25



Avant propos : l'état des forces


Quand commence la guerre, le Royaume de Stormwid est tombé sous les coups des forces de Blackhand. Les orcs, arrivés de la Porte des Ténèbres quelques années auparavant, ont remporté la Première Guerre en quelques années, détruisant le Fort de Stormwind, l'abbaye de Northshire et toutes les grandes villes d'Azeroth.

Partie des Morasses Noires, aujourd'hui les Terres Foudroyées, la Horde a pris le contrôle de l'ensemble des territoires du continent d'Azeroth, de la frontière nord de Strangleronce à la Gorge des Vents brûlants. Blackhand avait été tué par le chef Orgrim Doomhammer, qui avait appris par le chef Durotan, assassiné entretemps, que Blackhand était la marionette du Conseil des Ombres de Gul'dan. Le Conseil des Ombres fut exterminé, mais Gul'dan épargné en raison de ses talents. Doomhammer croyait ainsi avoir libéré son peuple de l'influence des démons, et mener la Horde vers son destin.

Les survivants d'Azeroth, dirigés par le régent Anduin Lothar, ont atteint les côtes de Lordaeron. Lothar s'entretint immédiatement avec le roi Terenas de Lordaeron, la plus puissante nation humaine maintenant que Stormwind n'était plus qu'un amas de ruines fumantes. Terenas convoqua une réunion des quatre autres royaumes humains, Stromgarde, Alterac, Gilneas et Kul Tiras, auxquels s'ajoute la cité état de Dalaran. Les nains dirigés par Magni Bronzebeard et les elfes de Silvermoon furent également présents. En dépit des rivalités, voire des haines qui les opposaient, les sept nations humaines et le royaume des nains s'entendirent rapidement pour unir leurs forces et se préparer à recevoir l'assaut des orcs. Les elfes ne s'engagèrent pas immédiatement, restant dans leur politique d'isolement, mais il était très probable qu'ils rejoignent la coalition dans les semaines suivantes.

Les armées de tous les royaumes étaient mobilisées depuis l'invasion de Stormwind, mais il leur fallait encore apprendre à coopérer efficacement. Ce fut la création de l'Alliance.


I. Premiers combats : l'invasion de Khaz Modan


Alors que l'Alliance était officiellement constituée, les orcs avait déjà commencé à monter vers le nord. Leurs armées étaient parties de Blackrock Spire, et étaient entrées à Khaz Modan par les Terres Ingrates avant d'arriver aux terres des nains. Ceux-ci résistèrent en bon ordre, mais lâchaient rapidement du terrain. Il était évident que les armées naines n'étaient pas de taille face aux orcs.
Khaz Modan représentait le premier choix stratégique pour l'Alliance. Il fut rapidement décidé, cependant, que Khaz Modan était indéfendable. Il était trop risqué d'entrer dans un royaume partiellement envahi méconnu par les humains. De plus, le terrain était difficile et l'hiver allait bientôt se faire menaçant.
Les terres fertiles du Loch Modan avaient été évacuées, et il fut entendu qu'une partie des armées naines rejoindrait l'Alliance au nord, tandis que le reste des nains s'enfouirait dans les tunnels. Les orcs occupèrent rapidement le Loch, les marais du nord et une partie des pics de Dun Morogh.

Mais cette fois, c'était leurs armées qui étaient mal préparées à un combat dans les pics gelés. Les nains tendaient des embuscades partout, et, les armées naines ayant pour la plupart évacué vers Arathi, la chute de Dun Morogh n'était pas prioritaire. Le clan Dragonmaw et sa captive, la reine des dragons rouges Alextrasza, s'installèrent dans la ville de Grim Batol, et une partie du clan Bleeding Hollow les accompagna pour assurer les opérations de raffinage des importants stocks de pétrole présents dans les environs.


Embuscade
Des Nains embusqués dans les neiges éternelles de Dun Morogh


Khaz Modan aura été "occupé" plutôt que "conquis", et sa situation changera très peu durant la guerre. Les nains restés dans les environs de Grim Batol lancèrent une guérilla qui paraissait vaine, et leur lutte allait durer des premiers jours à la fin de la guerre.

À l'inverse, les nains furent relativement peu inquiétés à Dun Morogh. Les pics restèrent mollement assiégés, et la cité millénaire d'Ironforge, sur le pied de guerre, demeura un refuge imprenable pour tous les nains et gnomes qui suivaient la bataille qui avait lieu au nord.


II. Les mers de sang


Les orcs progressèrent rapidement à travers les Paluns, et finirent par s'arrêter aux environs de la vallée de Thandol. Le gros des orcs et des ogres se rassembla là, mais ce n'est pourtant pas à cet endroit que la verritable guerre commença. Alors que les armées se réunissaient dans l'est de Lordaeron, un commando de la Horde construisait secrètement une base dans la Grande Mer, à Zul'dare.


Les Paluns
Carte des Paluns


L'opération est risquée. La maitrise des mers allait à l'Alliance, plus particulièrelent à la flotte de Kul Tiras, dirigée par le Grand Amiral Proudmoore. La Horde s'est certes construite une puissante flotte à Stormwind, mais il leur manque l'expérience des marins de l'Alliance. Pour ouvrir la voie aux transports, les chefs de la Horde décident de lancer une grande vague de dragons sur la troisième Flotte de Kul Tiras. L'effet de surprise fut total. Six grands navires sont taillés en pièces, et le fils aîné de Proudmoore tué. La flotte orc s'infiltre dans la brèche, et se regroupe à Zul'dare.

Pourtant, ces mouvements ne sont pas passés inaperçus. Des éclaireurs de l'Alliance ont repéré les navires, et le Haut Commandement soupçonne déjà l'existence de Zul'dare. Lord Lothar alerte les cotes sud de Lordaeron, et les place en état de défense.

Un premier groupe d'orcs est jeté à terre pour servir d'éclaireurs, et tombe sur un groupe d'émissaires elfes venus pour constater de leurs yeux la menace des orcs. Par chance, ils se contentent de les faire prisonniers. Hillsbrad réagit instantanément et délivre les elfes, que l'Alliance renvoie avec zèle aux seigneurs de Quel'thalas. Le Conseil de Silvermoon les remercie en entrant à leur côté dans la guerre contre la Horde.
Chacun pense alors que la rencontre est une simple malchance, mais Terenas et Lothar mettront plusieurs mois avant de soupçonner la vérité.

Le Haut Commandement de l'Alliance, formé des chefs des différentes nations et de leurs plus grands généraux, suppose à juste titre que la Horde accomplira un simple raid sur les collines d'Hillsbrad, pour obtenir des informations et si possible causer des dégâts ralentissant l'effort de guerre. Une partie de la flotte est en conséquence rappelée à la ville de Southshore. L'Alliance a sous-estimé l'importance des troupes engagées et surtout l'audace des chefs orcs. Le chef des trolls, Zul'jin, ramené à Hillsbrad, est délivré par un commando, et lui et les trolls des forêts se placent aussitôt aux cotés de Doomhammer. Un grand assaut se déclenche sur Southshore, prenant les marins par surprise. Les troupes d'assaut orcs parviennent à terre, abattent la garnison, et mettent le feu à la ville. La même chose se reproduit quelques jours plus tard à Hillsbrad, pourtant mieux défendue. La bataille est plus rude, mais la ville finit dans les flammes. Les habitants des deux villes sont sauvagement massacrés.


Hillsbrad
Carte d'Hillsbrad


Un début de panique commence à se répandre sur la côte. Les orcs ne doivent à aucun prix établir une tête de pont. Une armée de Lordaeron et des rescapés d'Azeroth est envoyée pour écraser les orcs qui ont débarqué, puis la flotte de l'Alliance attaque Zul'dare et détruit la base, après avoir coulé les navires qui y mouillaient encore.



Horde d'Hillsbrad
  Cette victoire de l'alliance ne peut conduire à un réel optimisme par rapport à la suite du conflit, de plus en plus instable. En effet, la courte défaite n'a pas empêché le raid de la horde sur les collines d'Hillsbrad d'être, en un sens, une totale réussite. La nation de Gilneas, pourtant proche, s'est à peine manifestée pour défendre Hillsbrad, au vif ressentiment de Terenas.
Terreur imposée par la Horde à Hillsbrad



III. Arathi


La chute de Zul'dare débarrasse les côtes de Lordaeron de la flotte orc, mais elle a apporté à Doomhammer des résultats encourageants. Une petite partie des forces de la Horde a réussi à détruire deux villes importantes avant que l'Alliance ne puisse réagir. Il est temps maintenant de lancer l'assaut principal.

L'attaque est menée par les clans Blackrock et Black Tooth Grin, face aux forces de Stromgarde et de Kul Tiras, renforcées par des détachements des diverses nations. Les orcs entrent à Arathi et avancent de plusieurs kilomètres. Proudmoore et Trollbane contre-attaquent, et empêchent la Horde de s'avancer vers Stromgarde. La zone est trop étroite pour que les armées de la Horde puisse déclencher une grande bataille en rase campagne ; pendant plusieurs jours, une suite de combats épars se déroule sur toute la largeur du front, sans qu'un des camps puisse prendre un véritable avantage. Le sud d'Arathi est devenu un champ de bataille, et l'on commence à y voir les ruines et les amas de corps qui deviendront bien trop familiers aux habitants de Lordaeron. Les troupes de l'Alliance sont durement pressées. Pour débloquer la situation, Trollbane décide de reprendre l'initiative.


Carte d'Arathi
Carte d'Arathi


Depuis l'île de Tol Barad, entre Khaz Modan et Lordaeron, l'Alliance contrôle la mer à l'ouest de Thandol. Un grand nombre d'orcs sont engagés au nord et maintiennent leur communication par l'ancienne ville naine de Dun Modr (voir un peu haut sur la carte des Paluns). Les chefs de l'Alliance décident de s'infiltrer par derrière, pour prendre Dun Modr et trancher l'avancée orc à sa base. Les troupes passent, établissent une tête de pont et attaquent la ville. Mais la garnison Blackrock résiste avec acharnement. Tous les assauts sont brisés. L'Alliance fait arriver des renforts, sans parvenir à prendre totalement la ville.

Doomhammer voit le péril : les clans du nord seraient coupées de leurs arrières, et l'Alliance pourrait forcer vers les marais. Les forces d'élite de Black Tooth Grin sont détournées vers Dun Modr, et attaquent les assiégeants par derrière. Dun Modr est repris, les forces de Stromgarde sont écharpées et contraintes de rembarquer précipitamment.

Profitant de leur victoire, les orcs détruisent les navires de guerre de l'Alliance, et se lancent à l'assaut de Tol Barad, y voyant comme Trollbane un moyen de briser le front. La garnison se bat vaillamment, mais est rapidement submergée. La flotte de la Horde, réapparue, empêche l'évacuation ou le secours de l'île.
Tol Barad représente la première grande défaite de l'Alliance. Beaucoup de soldats ont été tués ou capturés (ce qui le plus souvent, revient au même), et la Horde est en position de force.

Rend et Maim, les chefs de Black Tooth Grin, poussent leur avantage. La Horde lance un double assaut depuis Tol Barad et leurs positions à Arathi, et réussissent à percer les lignes de Stromgarde. Les armées de l'Alliance doivent abandonner leurs positions défensives et se replier à toute vitesse pour échapper à l'encerclement. Les armées de l'Alliance en débandade, la Horde se répand dans Arathi, détruisant ceux qui tentent de lui barrer le chemin.

Trollbane sait qu'il a perdu la partie. Ses forces couvriront l'Alliance aussi longtemps qu'il sera possible, après quoi, elles tenteront de rejoindre Lordaeron.
Le siège de Stromgarde (voir carte d'Arathi) commence. Les montagnards résistent avec acharnement puis avec l'énergie du désespoir, mais la ville est condamnée. La garnison est une nouvelle fois écrasée et les derniers habitants massacrés.


IV. Les terres de Lordaeron


La chute de Stromgarde a eu des conséquences dramatiques pour l'Alliance. Tout leur front sud s'est écroulé. Un nouveau front est établi, passant par le mur de Trollbane et les montagnes d'Alterac, avant de rejoindre le lac Darrowmere. La montée du péril a réveillé Gilneas qui envoie davantage d'unités, mais Alterac reste presque passif alors que les orcs sont à deux pas de son sol.
La situation de la Horde, à l'inverse, est excellente. La Horde a passé les régions difficiles de Thandol et de Khaz Modan, une des nations humaines est abattue, et la Horde peut se lancer de toute sa puissance vers le nord.

Dédaignant Hillsbrad et Alterac, Gul'dan lance ses forces droit sur l'île de Caer Darrow, au centre du lac Darrowmere (voir carte ci-dessous). Les elfes y ont planté il y a des siècles une pierre runique censée protéger les magiciens de Quel'thalas de l'influence des démons. Gul'dan se rue sur la pierre sans même prendre la peine d'achever la garnison, qui se replie vers les rives.

On ne sait pas exactement comment le grand démoniste a utilisé la pierre, en tout cas, beaucoup d'ogres, qui n'étaient que les brutes que nous connaissons, se sont mis à devenir beaucoup plus rusés, et surtout, à posséder des pouvoirs démoniaques qui leur permettent d'insuffler une rage sanguinaire à leurs alliés. Les armées de Lordaeron contre-attaquent violemment, et sont repoussées.
La deuxième phase du plan orc peut commencer. Elle consiste à séparer Quel'thalas de Lordaeron, afin de massacrer d'abord les elfes, puis tourner toute la puissance de la Horde contre Dalaran et Lordaeron, but ultime de la campagne. La prise de la capitale fera s'écrouler l'Alliance, Gilneas et Kul Tiras tomberont alors comme des fruits mûrs.


Carte de Caer Darrow
Carte des Maleterres de l'Ouest


Tout d'abord, il faut assiéger hermétiquement Quel'thalas. Les humains peuvent utiliser deux routes pour secourir leur allié : depuis la Main de Tyr à l'est, et surtout depuis Stratholme, au nord (voir carte des Maleterres de l'Est). Doomhammer décide de commencer par l'est. Les clans prennent le Lac Mereldar et la partie sud de ce qui est aujourd'hui les Maleterres de l'est. La résistance est encore plus acharnée qu'à Stromgarde. Les Chevaliers de la Main d'Argent et les mages de Dalaran, qu'on avait peu vus sur le front d'Arathi, montent de plus en plus nombreux. Malgré leurs pertes, les orcs parviennent jusqu'à la Main de Tyr, qu'ils saccagent en partie avant de bloquer la route vers Quel'thalas. La population fuit vers l'est et vers le nord. Une nouvelle fois, les troupes de l'Alliance sont battues.

Les forces de la Horde sont maintenant prêtes à s'avancer vers Stratholme, dernier verrou de Quel'thalas. Les orcs remontent la Thonrondril, repoussant les humains et les elfes. Quand la Horde arrive en vue de Stratholme, un grand chargement de vivres et de matière premières est acheminé à Lordaeron depuis les régions de l'est. L'Alliance pourra se rééquiper en partie si le convoi passe. Si la Horde le détruit, sa position sera assurée.

Le siège de Stratholme, sous la neige, est terrible. Les armées de l'Alliance tentent un grand effort pour sauvegarder la jonction avec les elfes, mais leurs troupes qui convergent pour renforcer la ville sont arrêtées. Les grandes raffineries brûlent en remplissant l'air de fumée. Après plusieurs jours de combat, les orcs pénètrent dans la ville. La cité tombe, mais une partie de la garnison et une bonne part du convoi parviennent à rejoindre l'ouest.


Plan Northland
Carte des Maleterres de l'Est


La défaite de Stratholme paraît sceller le destin des terres orientales. Les armées qui restent à l'est sont bloquées. Toute la région centrale de Lordaeron est à la Horde, et Quel'thalas est à portée de main. Une troupe importante reste à Northdale et au nord de la Main de Tyr, mais Terenas n'ose pas les évacuer, de crainte d'exposer la population à un massacre. Heureusement, les orcs négligeant ces rescapés n'ont d'yeux que pour Quel'thalas. Une partie des forces humaines se laisse enfermer à Quel'thalas, le reste se place en défense, et attend.


V. Forêts et chevauchées


Les forces garnissant l'est sont importantes. En plus des guerriers elfes, plusieurs centaines d'humains sont venus renforcer les garnisons. Mais c'est maintenant l'élite des forces de la Horde, dragons et ogres-mages en tête, qui fond vers le royaume enchanté.

Dès le départ, l'attaque piétine. La résistance elfe est superbe. Les rangers, fameuses unités d'élite elfes, se cachent dans les arbres et tendent des embuscades aux colonnes orcs depuis le feuillage avant de décrocher quand les grunts tentent de riposter. Les dragons qui s'approchent trop des arbres sont attaqués. Les sorciers commencent à employer massivement le Blizzard, un sort mis au point durant la Première Guerre et considérablement amélioré durant la préparation à la guerre.

Gul'dan, de son côté, a fait monter au front ses meilleures troupes, les Chevaliers de la mort. Les guerriers des deux camps se relèvent après leur mort et s'abattent une deuxième fois sur les défenseurs de Quel'thalas, et des nuages de gaz détruisent les arbres et arrachent la chair des os. Leur intervention serait plus redoutable encore sans l'intervention des paladins. Les guerriers saints présents à Quel'thalas découvrent que leurs pouvoirs sur la Lumière sont assez puissants pour détruire les Chevaliers et leurs squelettes à distance. Après avoir perdu plusieurs de ses guerriers irremplaçables face aux paladins, Gul'dan finit par les engager beaucoup plus prudemment, et seulement protégés par des soldats réguliers.

Mais à la fin, le nombre et la puissance l'emportent. Les catapultes détruisent les bosquets. Les trolls des forêts, eux aussi sur leur terrain, traquent les rangers jusqu'à la mort, prenant enfin leur revanche sur leurs ennemis jurés. La forêt, alliée des elfes, est incendiée par les dragons, puis par les orcs, et tout le sud de Quel'thalas se transforme en brasier rougeoyant. Les elfes doivent se replier vers leurs grandes portes, en abandonnant le sud de leur territoire. Quand l'offensive orc s'épuise, les premières fortifications elfes sont largement franchies, et la zone de forêt la plus dense est dépassée ou incendiée. Les elfes se rétablissent, mais les pertes sont importantes.


Attaque des dragons
La vaine déferlante de la Horde pour acquérir Quel'Thalas


Pendant ce temps, du côté ouest, l'Alliance tente de se reprendre. Dès la chute de Stratholme, une nouvelle mobilisation est décrétée. Les communications et les états-majors sont réorganisés. Les orcs envoient quelques assauts les premiers jours, puis plus rien. Pendant que l'armée se réorganise et reprend des réserves, le roi Terenas, l'Amiral Proudmoore et Lord Lothar confèrent. Ils n'ont guère le choix : si la Horde détruit le royaume de Quel'thalas, leurs alliés les plus puissants seront exterminés, tout le royaume à l'est d'Alterac tombera, et l'Alliance sera incapable de résister. Il faut donc rouvrir à tout prix un passage vers Quel'thalas et reprendre le contact avec les elfes. Les forces de la Horde ont subi des pertes considérables au cours de la campagne et leurs guerriers d'élites sont tournés à l'est dans la bataille contre les rangers; c'est maintenant qu'il faut frapper. Après hésitation, les chefs engagent toutes leurs forces rescapées dans un unique assaut sur la région de Stratholme. C'est la dernière carte de l'Alliance pour redresser la situation.

L'assaut est un succès total. Les forces de la Horde cèdent sur toute la Thonrondril, fuyant devant la charge des chevaliers de Lordaeron. Stratholme est repris, et devant les rapports encourageants des éclaireurs, la progression reprend. A Quel'thalas, les elfes ont également lancé une offensive et repoussent la Horde vers le sud. Les orcs tentent de briser la pince qui se referme sur eux, mais l'Alliance l'emporte sur les deux fronts et s'enfonce au coeur des territoires capturés. La jonction entre les armées de Quel'thalas et celles de Lordaeron a lieu au sud de la forêt. Beaucoup d'orcs sont pris, les autres doivent abandonner le front et fuir vers le sud pour échapper à la capture.
Quel'thalas est sauvé.
Il était prévu de se consolider dans la partie nord de Lordaeron, au niveau de Northdale, toujours libre, Stratholme et Quel'thalas, mais les pertes sont supportables et au vu des brillants succès, Lothar décide de pousser vers le sud. Malgré de furieuses résistances, les forces de Lordaeron brisent les fronts, encerclent encore des garnisons et franchissent les secondes lignes orcs, découvrant avec rage les monceaux de corps et de ruines laissés par les orcs. Une partie des forces de la Horde se disperse dans la nature, le reste se replie encore vers le sud-ouest tandis que l'avance continue. La main de Tyr, Darrowshire, presque Caer Darrow, sont finalement atteints. L'Alliance, exsangue, est revenue à aux positions qui étaient les siennes lors de la chute d'Arathi.

Note : Les chevaliers de la mort utilisés par les orcs ne sont pas les même que ceux qui servent le Fléau. Les serviteurs du Roi Liche sont d'anciens humains, parfois d'ex-paladins, qui ont été transformé en morts-vivants par une épée runique. Les chevaliers de la mort de l'époque étaient d'anciens démonistes orcs massacrés par Doomhammer et réinvoqué par Gul'dan dans le corps de Chevaliers d'Azeroth. La plupart de ces soldats ont été détruits durant la Seconde Guerre, les autres ont fui avec Ner'zhul dans le Néant Distordu et sont devenus les premières Liches à la création du Fléau.


VI. Trahisons


Le succès de la campagne du début de printemps dépasse de loin les prévisions du Haut commandement de l'Alliance. On ne s'est pas beaucoup demandé, à l'époque – qui pourrait s'en étonner ? – comment les armées de la Horde, maîtresses d'une partie riche de Lordaeron, qui avaient abattu les forces d'élite de tous les royaumes humains, nains et elfes combinés, avaient pu s'effondrer si rapidement. La cause en est importante : Gul'dan a réussi à découvrir l'emplacement de ce qui l'avait conduit, lui, maître du Conseil des Ombres et seigneur de la Horde, à se placer servilement sous les ordres de Medivh durant la Première Guerre : la tombe du Titan Noir, Sargeras. Maintenant que l'Alliance était sérieusement touchée, et que Doomhammer était occupée ailleurs, le démoniste avait déclenché son plan minutieusement établi.

Le clan Stormreaver dirigé par Gul'dan et le Twilight's Hammer dirigé par Cho'gall, un autre rescapé du Conseil des Ombres, ont quitté le front du jour au lendemain et sont partis vers la tombe de Sargeras. Doomhammer se retrouve soudainement privé de la plupart des chevaliers de la mort et de deux clans tout entiers. Non seulement le front de Quel'thalas est affaibli, mais une armée entière de traîtres est maintenant dans la nature. Trop tard pour intercepter la flotte de Twilight's Hammer : elle est déjà partie. Doomhammer met tout de même la main sur certains membres importants du clan, et, sous la torture, leur fait avouer la destination de leurs maîtres. Doomhammer est dans l'impasse : un assaut général sur Quel'thalas est maintenant presque impossible, et si Gul'dan parvient à ses fins, il pourra ensuite se lancer vers Azeroth et Blackrock Spire. Mais abandonner la guerre maintenant, c'est donner à l'Alliance presque vaincue le temps de reformer ses forces, ce qui obligera à une reconquête des Terres du nord, qui a coûté si cher à la Horde ! Il faut pourtant s'y résoudre. La rage au coeur, il fait rassembler ses armées et part à la poursuite du traître qu'il avait eu le malheur d'épargner. Il prescrit à ses troupes de gagner un maximum de temps, et de garder autant de positions que possible pour quand son armée devra reprendre la campagne interrompue.

C'est à ce moment précis que les forces de l'Alliance avaient frappé de toutes leurs forces dans les terres du nord. Alors que ses conquêtes s'effondraient, Gul'dan et Cho'gall arrivaient à la Tombe, suivis de près par Doomhammer. Les éclaireurs Blackrock, dans des zeppelins gobelins, furent témoins d'un spectacle extraordinaire : une série d'îles enfouies sous les flots, porteurs de ruines ne ressemblant à rien de connu, rappelant vaguement peut-être les demeures de Quel'thalas, étaient remontées à la surface, attirés par les plus puissants sortilèges de Gul'dan. La Tombe était bien là, mais Doomhammer ne s'attarda pas pour découvrir ce qu'elle contenait : il donna l'ordre d'attaquer et de « rapporter la tête de Gul'dan sur un plateau ». Ordre presque anecdotique, qui allait pourtant avoir des conséquences imprévisibles et incalculables dans les années à venir.

Les armées de Blackrock, de Stormreaver et de Twilight's Hammer s'affrontèrent dans les Îles Brisées. Nous manquons d'archives pour connaîtreles le déroulement exact des événements, mais grâce aux runes découvertes dans la Tombe par la gardienne Maiev Shadowsong vingt ans plus tard, nous pouvons reconstituer les évènements : Gul'dan cherchait un objet d'immense pouvoir, l'oeil de Sargeras, pour devenir surpuissant, abattre Doomhammer, reprendre le contrôle de la Horde et écraser définitivement l'Alliance affaiblie. Mais la tombe n'était pas vide : elle était remplie de démons. Gul'dan lui-même fut tué avec tous ses acolytes, et la masse de démons surgit de la tombe, en plein dans les forces orcs en train de combattre. Nous ignorons tout du carnage qui suivit, si ce n'est que les démons finirent par être tués, Cho'gall également, et la tête de Gul'dan ressortie de la tombe avant d'être ramenée à Doomhammer, qui la renvoya à Blackrock Spire, puis à Draenor. Les orcs morts, frappés par les pouvoirs démoniaques, continuèrent à revivre leur dernière bataille.


Guldan
La quête de l'oeil de Sargeras par Gul'dan, finalement vaincu par les démons de la Tombe


La rébellion était matée, mais la Horde avait payé un prix écrasant. Ses meilleures forces étaient détruites, et l'Alliance les avait repoussées jusqu'à Stromgarde. La Horde a perdu plus que l'initiative : elle a perdu une bonne part de sa puissance, et si l'Alliance parvient à nettoyer Lordaeron des orcs qui y sont restés, elle passera à l'attaque.

La situation s'est inversée. Maintenant que l'avantage de la force s'est dissipé, la supériorité du commandement et de la bravoure va se faire sentir. Les paladins soignent les blessés, permettant aux armées de l'Alliance de garder en vie ses meilleurs combattants, et de les guérir en quelques heures des plus graves blessures. Les mages de Dalaran se rendent invisibles et lancent le blizzard, devenu leur arme principale, sur des catapultes ou des fortifications. Les dragons les plus faibles sont transformés en moutons inoffensifs, tandis que d'autres sont abattus par les nains du pic des Aerie, chevauchant leurs griffons et menés par des cavaliers exceptionnels comme Kurdran Wildhammer, qui abattra pasmoins de neuf dragons jusqu'à la fin de la guerre.

Il semble que les orcs ont sous-estimé deux facteurs : la capacité de reconstitution des armées humaines et l'ardeur de ses soldats. La Horde avait une culture exclusivement guerrière, et chacun de ses hommes était entièrement tourné vers la guerre. L'Alliance était loin de posséder un esprit orienté à ce point vers le combat. Mais même après la défaite de ses armées, de nouvelles classes d'âges pouvaient être recrutéss, sans valoir les troupes sacrifiés, mais qui se battaient d'une façon plus qu'honorable. La Horde, elle, n'avait pas de réserves. Malgré les leçons de la Première Guerre, la Horde n'était pas assez préparée à affronter des ennemis luttant pour leurs terres et ceux qu'ils aimaient, et à qui chaque ville devait être arrachée, puisqu'il n'y avait pas d'autre choix pour les défenseurs que la victoire ou la mort.

Il reste cependant une chance pour la Horde : si les guerriers restés à Lordaeron parviennent à entretenir la confusion dans les rangs de l'Alliance et à désorganiser son rassemblement, la Horde pourra rassembler une masse de renforts depuis Draenor et engager une bataille décisive contre l'Alliance encore affaiblie.

Ces forces orcs, l'Alliance les cherche avec la dernière énergie. Les forces de Lordaeron ont atteint la Main de Tyr, Andorhal et le lac Darrowmere, mais il est impossible de pousser vers le sud avant d'avoir nettoyé les bataillons de la Horde qui ont disparu dans la nature.

On pensait que ces forces, privées de tout ravitaillement, elles seraient contraintes à la retraite ou à la famine, et sortiraient toutes seuls de leurs trous. Mais rien de tel n'arrive. Les forces de l'Alliance passent donc les semaines suivantes à pister les forces de la Horde. Les armées de l'est doivent très vite intervenir, mais pas contre les orcs : les paysans réinstallés près de Tyr commencent à rendre Terenas responsable de la perte de leurs foyers, et veulent prendre leur indépendance alors même que des éclaireurs de la Horde ont été signalés peu de jours auparavant. Une révolte gronde !

Elle est tout de suite étouffée dans l'oeuf. Les paladins arrivent à Tyr, matent les révoltés, les jugent expéditivement et reprennent les commandes de la ville. Une fois ce contretemps réglés, les opérations de recherche continuent. Stupeur : on s'aperçoit que ce n'est pas quelques avant-postes, c'est plusieurs mines d'or de l'est de Lordaeron qui sont exploitées par les orcs, presque au grand jour ! La zone est immédiatement nettoyée, comme on ne manque pas de le signaler aux habitants de Tyr. Entre temps, les forces orcs revenues de la Tombe ont lancé quelques assauts sur Arathi et le sud de Lordaeron, mais les défenseurs de l'Alliance ont pu les repousser sans trop de peine.

Dans les Northlands, la traque se poursuit. L'ordre semblant revenu, le grand Uther Lightbringer, déjà chef des paladins, souhaite se rendre à Caer Darrow afin d'apporter le réconfort aux rescapés des populations du sud. Il reste des forces orcs dans la région, qu'importe ! Cela rendra d'autant plus confiance aux populations. L'Alliance déploie une escorte importante, mais les orcs ont été prévenus. La flotte des orcs s'est placée sur le lac, pour barrer la route aux transports de l'Alliance et sauvegarder l'île, noeud de communication stratégique. C'est la deuxième bataille de Darrowmere, la plus connue.

Les fortifications sur la rive sont rapidement submergées, mais alors que les navires de l'Alliance s'approchent du donjon, une importante flotte de navire orcs surgit. La bataille dégénère alors en un tournoi de navires. Un vaisseau de guerre de Lordaeron aperçoit soudain un vaisseau humain et deux destroyers des elfes dans les rangs de la Horde, en train d'ouvrir le feu sur eux. Il pense tout d'abord à un navire capturé, puis s'aperçoit que ce sont bien des humains qui les manoeuvre ! Le capitaine se lance à l'abordage, maîtrise l'équipage et capture nombre de prisonniers : presque tous sont des soldats d'Alterac. La flotte de la Horde est coulée, et Uther atteint triomphalement Caer Darrow.

Mais des soupçons s'abattent brusquement sur Perenolde, souverain d'Alterac. Ses armées n'ont fourni qu'un soutien symbolique, plus faible encore que Gilneas, dont l'aide cesse sitôt que la situation n'est pas rigoureusement désespérée. Alterac n‘est qu'une petite nation, mais à bien y réfléchir ses armées n'ont rien apporté, et avaient tendance à s'enfuir dès les premiers contacts. Les forces de Lordaeron escortent les renégats à Stratholme, passant sur le corps des derniers orcs présents dans la région. Là, on découvre l'explication à bien des mystères : Perenolde est du côté de la Horde depuis le commencement de la guerre.
C'était déjà Alterac qui avait communiqué à la Horde la route des ambassadeurs elfes et avait conduit à leur embuscade à Tarren Mill, ce sont ses agents qui ont déclenché la révolte de Tyr pour couvrir les mines orcs, eux enfin qui s'efforcent de masquer et de ravitailler les orcs survivants à l'est.

Les mobiles de Perenolde restent encore inconnus. Sans doute la peur, ou l'envie pour cet aristocrate de régner sur les populations humaines, en particulier sur les terres de Stromgarde, son ennemi héréditaire. Il n'est même pas sûr qu'il aurait obtenu satisfaction à la fin du conflit : la Horde, même débarrassée du Conseil des Ombres, était encore une puissance gorgée de haine et de sauvagerie.
La réaction de l'Alliance est rapide, et le haut commandement envahit les montagnes d'Alterac. La résistance est inégale : certaines unités d'Alterac rejoignent les rangs de Lordaeron, tandis que d'autres, plus nombreuses, résistent. On découvre même des troupes d'orcs se battant aux cotés des hommes de Perenolde ! Nombre de prisonniers sont délivrés, Alterac réduite en cendres, les orcs massacrés. Lord Perenolde et nombre ses nobles s'évanouissent, sans que les pisteurs elfes parviennent à les retrouver. Ils ne referont surface que vingt ans plus tard.
La chute d'Alterac sonne le glas des armées orcs du nord. Démasquées et privées de tout soutien, elles doivent s'enfuir en masse. Les Terres du Nord sont vierges de tout ennemi.


VII. Le retour vers Azeroth


Pour la première fois, les chefs de l'Alliance peuvent envisager la situation d'un oeil optimiste. Malgré leurs terribles pertes, les humains ont repris l'initiative et repoussé les orcs à leurs positions initiales.

A l'exception d'Ironforge et de la plupart de Dun Morogh, la Horde garde ses places fortes à Khaz Modan. La plus grande partie du clan Dragonmaw, renforcé par des poussières d'unités, y est solidement établie. Par contre, une part importante de la flotte orc tapisse le fond de la mer aux Iles Brisées, une autre celui du lac Darrowmere ou de la baie de Tol Barad, et le reste n'est plus de taille à affronter les canons de l'Amiral Proudmoore. Les derniers orcs du continent et des mers de Lordaeron se replient en sauvant ce qui peut l'être sur leur base navale de Crestfall, près de Kul Tiras. Le reste des navires organise la retraite également pour évacuer les troupes vers les terres continentales d'Azeroth.

Une fois de plus, le rassemblement orc a été détecté, cette fois par les sous-marins des gnomes, employés pour la première fois (et à ce jour la seule) sur une large échelle. L'Amiral Proudmoore rassemble ses navires et ses sous-marins, que Lothar lance sur les chantiers navals et les transports en plein embarquement. Quelques heures plus tard, la flotte des orcs est définitivement détruite et les troupes présentes sur l'île sont condamnées à la capture. Seuls quelques navires ont pu s'enfuir et rapporter leurs contingents, qui sont envoyés à la forteresse de Blackrock Spire. Doomhammer n'a plus de flotte ni de réserves. Lord Lothar, le roi Terenas et l'Amiral Proudmoore ont désormais les mains libres pour débarquer sur le continent. Les Dragonmaw sont décidés à se maintenir dans Khaz Modan, et les trois commandants décident de ne pas forcer le passage, la destruction de la flotte orc supprimant tout risque d'attaque surprise. Des forces sont laissées au nord d'Arathi, pendant que le gros de l'armée libérera l'est d'Azeroth. Les exilés de Stormwind, de retour dans leur patrie dévastée, mènent la charge avec rage. Les orcs sont balayés ou refoulés. Stormwind, ou plutôt ses ruines, sont atteintes en quelques jours. Elwynn, la Marche de l'ouest, l'ex Grand Hamlet, aujourd'hui Darkshire, sont à leur tour libérés.

Bientôt se profile la silhouette de Blackrock Spire. Les stratèges de l'Alliance savent que la bataille sera rude : la montagne a été choisie par les orcs comme poste de commandement dès la première année de l'invasion, et toutes les forces orcs s'y sont rassemblées. Lord Lothar en personne décide donc de se rendre à Blackrock Spire pour parlementer avec Doomhammer. Ses conditions sont la capitulation de Blackrock Spire contre la vie sauve pour tous les orcs qui se rendent. Rares sont ceux qui ont l'espoir de voir Doomhammer céder, mais l'attaque serait suffisamment difficile pour que cela vaille le coup d'être tenté. Le chef des exilés par vers la citadelle avec un détachement important. Trois jours plus tard, aucune nouvelle n'est revenue au gros de l'armée...
Mont Blackrock  
Les récits des survivants, dirigés par le général Turalyon, racontent que Lothar et son groupe ont été pris dans une embuscade alors qu'ils arrivaient en vue de Blackrock Spire. Lothar et ses chevaliers ont combattu vaillament, mais ils ont succombé sous le nombre. Le régent d'Azeroth est mort, et seule une petite partie de l'escorte a pu s'enfuir et regagner l'armée. La nouvelle, c'est une évidence, cloture les négociations et déclenche l'attaque générale.
Une embuscade d'Orcs Blackrocks
La bataille de Blackrock Spire dépasse tous les affrontements qui ont eu lieu depuis le début de la guerre. Des milliers de guerriers s'entretuent au milieu des fortifications considérables de la montagne. Les orcs qui ont conquis Stromgarde et Stratholme sont morts, tandis que l'Alliance touche au but. Un envoi massif de cavaliers griffons du pic des Aerie bombarde les défenseurs et abat les dragons et machines d'observations. Quand le carnage s'achève, Blackrock Spire est tombé. L'Alliance rafle un grand nombre de prisonniers, et malgré des pertes importantes, elle a brisé le dernier pilier de la défense orc. Doomhammer lui-même est capturé.

Pendant ce temps, les armées du nord et les nains d'Ironforge chassent les armées orcs hors d'Arathi et les rejettent dans les marais. Trollbane récupère sa cité et sa terre dévastée. Les nains eux aussi reprennent les pics de Dun Morogh, mais ne peuvent s'avancer plus loin : le clan Dragonmaw a massé l'essentiel de ses troupes à Dun Algaz, avec un grand nombre de dragons, et, prudemment, les armées de l'Alliance battent en retraite.

Khaz Modan reste à la Horde. Par contre, la chute du mont Blackrock a rompu toutes ses positions dans le sud. L'Alliance monte sa dernière manoeuvre : l'invasion des Morasses noires et la destruction, enfin, de la Porte des Ténèbres. Le monde des orcs sera définitivement coupé d'Azeroth et les rescapés de la Horde n'auront plus d'issue. Terenas lance une série d'attaques qui font s'effondrer les cités jumelles Stonard et Rockard. Les orcs sont balayés et contraints de fuir en pleine débandade. Poussant les débris de la Horde devant elle, les armées de l'Alliance entrent dans les Morasses noires. Dès lors, les orcs n'ont plus le choix. Ils se retournent avec l'énergie du désespoir face à ces combattants mieux équipées, bien mieux commandées, et entraînés par la victoire. La bataille est sanglante. Tous les orcs restant sur le continent d'Azeroth se sont rassemblés pour la défense de la porte, avec un grand nombre de dragons. En vue de la porte, le clan Burning Blade est exterminé par les troupes d'Uther Lightbringer, tandis les troupes de l'Alliance franchissent les plans d'eau, enlevant les fortifications les unes après les autres.

Enfin, les derniers orcs sont tués. Les avant-gardes de l'Alliance voient, face à elles, ce qui fut la source de milliers de morts et de la destruction de la plus grande part de leurs contrées : la Porte des Ténèbres.


Darkportal
Arrivée des humains à la Porte des Ténèbres


Celui à qui revient l'honneur de la détruire est l'Archimage Khadgar de Stormwind. Alors que les armées de l'Alliance prennent position autour de la dénivellation, le grand sorcier invoqua ses plus puissants sortilèges, utilisant la puissance de l'endroit pour une attaque massive. Un immense rayon de lumière jaillit du ciel qui se noircit, et se concentra pendant plusieurs secondes dans le cercle de pierre. Puis le rayon sembla s'étendre à l'ensemble de la Porte et l'anéantit, projetant dans le ciel des lambeaux de pierre. La Porte des Ténèbres n'était plus.


Epilogue


Après cette terrible défaite, la Horde est définitivement vaincue. Mais il faudra attendre l'intervention du mage Rhonin, de Vereesa Windrunner et Falstad Wildhammer, qui rallièrent la résistance naine, pour que soit libérée la reine des dragons, Alextrasza, et toute la partie sud de Khaz Modan avec elle. Les circonstances de cet événement sont assez troubles, la seule chose dont on est sûrs, c'est que de nombreux dragons sont intervenus dans la bataille, et en sont peut-être à l'origine.

Les orcs seront alors placés dans les premiers camps d'internement, où ils développeront les premiers stades de leur léthargie. Seul le chef Killrog Deadeye et son clan Bleeding Hollow parviendront à s'échapper.

Quelques années plus tard, le chaman Ner'zhul rouvrira la Porte des Ténèbres, et les armées de l'Alliance devront le poursuivre jusque dans les terres de Draenor pour anéantir définitivement les forces orcs du monde rouge.

Grom Hellscream et une part du clan Warsong, comme Kilrogg avant lui, s'évanouira alors dans la nature, et deviendra un lieutenant du chef Thrall et d'un Doomhammer repenti quand ils libéreront les orcs des camps et feront voile vers Kalimdor, pour y recontruire une société, cette fois noble et proche de la notre. Les orcs se joindront à la coalition qui vaincra leurs anciens maîtres démons à la Bataille du Mont Hyjal.

Des sept royaumes humains, trois existent encore come à l'époque, Stormwind, Kul Tiras et sans doute Gilenas. Des exilés de toutes les nations, principalement de Lordaeron, ont traversé la mer lors du déchainement du Fléau, et ont eux aussi fait partie de l'armée du Mont Hyjal, avant de former le nouveau royaume de Theramore à Kalimdor. Le reste des clans orcs s'est fondu dans la nouvelle Horde de Thrall, à l'exception d'un groupe d'orcs Blackrock et Black Tooth Grin qui a réinvesti Blackrock Spire à la chute de la Légion et servent maintenant les dragons noirs, dirigés par Onyxia et Nefarian, héritiers du grand dragon noir Deathwing.


Rédaction et cartographie : Stratego Telenil
Illustrations : Pippo
Mise en forme : Ptahotep , Orion

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de World of Warcraft ?

1705 aiment, 643 pas.
Note moyenne : (2568 évaluations | 199 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de World of Warcraft
(1685 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

3821 joliens y jouent, 11999 y ont joué.