Dalaran

Après des années de dissimulation, le Kirin Tor est remonté au grand jour. La fière cité-état de Dalaran va reprendre dans le cours des choses la place majeure qu’elle a occupé pendant plus de vingt siècles. Voici son histoire.

 



Les origines de Dalaran remontent aux guerres trolles. Il y a 3 000 ans, les tribus trolles s’unirent en une immense armée pour chasser les hauts-elfes hors de Quel’thalas, jadis territoire troll. Les mages elfes et le jeune corps des Rangers furent submergés par le nombre. Désespérés, les elfes firent appel aux tribus humaines qui habitaient au sud de Quel’thalas, et qui avaient également eu affaire aux Amani par le passé. La nouvelle nation d’Arathor accepta en échange de la promesse des elfes de former deux cents humains aux arcanes de la magie. Les forces combinées des elfes et des humains marchèrent vers le territoire des trolls et finirent par écraser leurs armées, ne laissant que quelques survivants qui se dispersèrent dans Zul’aman.


A la surprise des elfes, les mages humains s’avérèrent extrêmement doués. Au fil du temps, ils finirent par quitter leur capitale de Strom pour fonder leur centre magique de Dalaran sur un nœud de pouvoir extrêmement puissant au sud du lac Lordamere. Un tel nœud magique rend les sorts plus faciles à lancer, plus puissants ou plus subtils, de sorte que la nouvelle ville grandit en taille et attira les étudiants les plus doués de toutes les terres connues.


Mais au fil du temps, l’utilisation imprudente de la magie par les humains ne fut pas sans conséquence : une ombre tomba sur le cœur de certains mages, comme cela se produisit huit mille ans plus tôt avec les bien-nés d’Azshara. Lorsque les démons commencèrent à roder dans Dalaran, les autorités comprirent que la situation les dépassait. Les mages hauts-elfes, appelés secrètement, révélèrent l’histoire de la Guerre des Anciens et avertirent que la magie démoniaque ne devrait jamais être étudiée, mais au contraire être combattue partout où elle apparaîtrait. C’est au cours d’une de ces réunions que fut créé l’Ordre de Tirisfal, mais c’est également là que furent formulées les strictes règles de l’étude magique. Dalaran acquit son ambiance définitive qui marqua des générations de jeunes mages, mélange d’études et d’interdits, de travail acharné et d’errances nocturnes. Parallèlement, de nombreux mages expérimentés se mirent à parcourir le monde pour découvrir, étudier et cataloguer les secrets magiques.


Lors de la guerre contre la Horde, le conseil du Kirin TOR s’engagea immédiatement aux cotés de l’Alliance et ses mages se battirent tout au long de la Seconde Guerre. Khadgar et Rhonin furent ses deux plus grands héros. Au début de la Troisième Guerre, le Kirin Tor fut le premier à identifier le danger posé par la peste du Fléau et se battit une nouvelle fois aux cotés de ses alliés. Après la mort de Terenas et le massacre des hauts-elfes, la cité devint le dernier bastion de l’Alliance dans les terres du nord. Finalement, le Fléau finit par mettre le siège devant Dalaran. Le prince Arthas et Kel’thuzad cherchaient à récupérer le livre de sorts de Medivh, gardé au cœur de la Citadelle Pourpre, afin de lancer l’invasion de la Légion Ardente. Renforcés par un contingent nain, les mages affrontèrent les morts-vivants de toutes leurs forces mais ne purent empêcher la capture du Livre. Antonidas, chef du Kirin Tor, tomba au combat.
Mais tout n’était pas encore fini. Le Fléau se regroupa sur les collines à l’entrée de Dalaran pour tenter d’ouvrir un portail pour Archimonde et ses démons à travers le nœud de pouvoir. Les forces de Dalaran contre-attaquèrent et faillirent l'emporter, mais les morts-vivants et les premiers démons parvinrent à contenir leur assaut final. Archimonde entra à Azeroth et retourna les énergies du nœud contre Dalaran, rasant la cité en un seul sortilège. Les soldats survivants et les derniers archimages furent écrasés sous toute la fureur de la Légion.


Lorsque la Légion partit pour Kalimdor, les morts-vivants établirent une base dans les ruines de Dalaran d'où ils menèrent le combat contre les resistants du grand maréchal Garithos. Ils furent délogés par les nagas d’Illidan Stormrage, qui comme tant d’autres avant eux cherchaient le nœud de pouvoir pour amplifier une incantation majeure. Une importante armée elfe de la nuit à la poursuite d’Illidan reprit la ville et la laissa aux résistants elfes de sang, qui la remirent à leur tour aux soldats du grand maréchal.
Après la mort de Garithos, des mages revinrent petit à petit à Dalaran et reformèrent un nouveau Kirin Tor autour des quelques archimages assez chanceux pour s’être trouvés ailleurs ou s’être enfui juste à temps. Rapidement, les mages décidèrent d’élever une gigantesque bulle de camouflage autour des ruines, capable si nécessaire de bloquer ou d’incinérer les importuns. Le Kirin Tor se coupa de l’Alliance, garda le secret le plus absolu sur ses activités et n’agit plus que pour soutenir les réfugiés de Silverpine contre les Réprouvés. Pendant des années, le dôme rose garda son mystère.
La cité ne réapparu qu’au moment de l’invasion de Northrend. Les magiciens avaient passé leur isolement à reconstruire la Citadelle Violette et une partie des bâtiments pour une prouesse magique sans précédent : la transformation de leur cité en une forteresse volante, transportée sur le continent glacé pour servir de base avancée. Sous l’impulsion de Rhonin, entre-temps devenu l’autorité suprême, le Kirin Tor a entamé des négociations avec ses anciens ennemis de la Horde, ce qui reste loin d’être acceptée par tous les membres.

À présent la nouvelle Dalaran flotte fièrement dans le ciel de Northrend, prête à mener la lutte contre l’Aspect Malygos et à venger les archimages tombés face au Fléau.

Les Capitales
Sommaire :
  1. Les Capitales
  2. Dalaran

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de World of Warcraft ?

1702 aiment, 636 pas.
Note moyenne : (2557 évaluations | 199 critiques)
7,1 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de World of Warcraft
(1684 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

3809 joliens y jouent, 11963 y ont joué.